ecrire, commenter et être commenté.
Forum déstiné à partager nos écrits en tous genres, entre passionés de l'écriture.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 S’enregistrerS’enregistrer    ConnexionConnexion 

Ciel d'orage
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
   ecrire, commenter et être commenté. Index du Forum  .::. Vos écrits.  .::. Nouvelles.

Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Auteur Message
anouk


Hors ligne

Inscrit le: 04 Avr 2008
Messages: 25
Localisation: les pieds dans l'océan la tête dans les étoiles
Féminin Gémeaux (21mai-20juin)
Plume en or.: 38
Moyenne de points: 1,52

Message Posté le : 18 amvMer, 09 Avr 2008 00:58:28 +000058Mercredi 2008----121242. (2008)    Sujet du message : Ciel d'orage Répondre en citant

Comme chaque jour, j'installe immuablement mon fauteuil de toile bleue, à l'abri des regards avec
pour seuls complices le bruit de l'océan, un crayon, un bloc de papier. Cette solitude me convient
et m'inspire.
La plage est triste. L'été s'enfuit à grands pas et mes années aussi.
Le ciel s'assombrit, cumulus et stratus dansent un hymne à l'orage.

Ecrire l'amour ? On me demande d'écrire l'amour ? Comment peux-ton écrire l'amour ?
Inconsciemment, ma main inscrit sur la feuille blanche ces deux noms entremêlés : Sophiantoine...

Une plage de sable fin, des traces de pas sur la grève humide...
Au creux des rochers : deux corps enlacés...
Il y a si longtemps ! Le temps d'une vie...

Pouvoir encore une fois, remettre mes pas dans ceux de cette jeune flle de 17 ans
aux boucles brunes, qui s'amuse de ton rire, se joue de tes soupirs, s'extasie de ton corps et, brûlante
de désir le savoure avec tant de passion, que le ciel en rougit encore.

Ce soir d'août, la plage déserte exhalait d'iode. Les vagues, clapotis fougueux du battement de nos coeurs glorifiaient notre jeunesse. Les deux enfants que nous étions encore, émerveillés,
transgressaient l'interdit, dans des jeux dévoilant la féérique beauté de leur nudité.
Nous bâtissions l'avenir en un édifice de bonheur et de plaisir. Je voulais un enfant de toi. Ce serait un garçon. Il aurait la couleur de ta peau et le vert de mes yeux.
Et puis...tu ne serais rien sans moi. Et puis... sans toi : je n'existerais pas. Et puis...septembre
est arrivé. Ce fut le temps de la déchirure, des larmes, des adieux, de l'éloignement.
Je me souviens de ce quai de gare, de ton regard malheureux à l'instant où tendrement tu me dénouais les cheveux... De tes caresses, de tes baisers sur mon visage ruisselant de larmes... De ton dernier signe avant que le train s'éloigne... de ton cri qui se perdait dans le vacarme de la locomotive..." A bientôt... à Noël... Je t'aime... Je t'aime... Je t'aime...", de ma souffrance... de ma solitude.

Bien sur, nous nous sommes écrits, en prose, en vers, et surtout : en secret.
Aimer un garçon de couleur à mon époque, quel déshonneur ! Quelle salissure !
Puis l'angoissant silence... l'attente... le vide de tout signe de toi.
Malgré celà, je vivais dans l'espoir de Noël. Tu avais promis. Je t'attendais.
Noël était là. Et moi, sur le quai de la gare, parée comme une reine, j'avais une allure folle ! Je le devenais aussi !
Folle de ce temps qui passait ! Folle de douleur, de désespoir.
Il fallait que tu viennes ! J'avais besoin de toi... Ton enfant avait besoin de toi...
Tu n'es jamais venu.
La déraison m'a fait te maudire.
Contre tous, j'ai gardé l'enfant. Ce fut un garçon, un joli petit garçon qui avait la couleur de
ta peau. De ses yeux ? A l'image de notre amour prématuré, il n'a vécu que quelques heures, sans
le moindre regard sur la lumière de la vie que nous lui avions donnée.
Je me suis ensevelie en le mettant en terre.
Cependant, c'est lui qui m'a donné la force d'hurler à la face du monde, à travers mes livres,
mes écrits, qu'en étouffant notre amour, en interceptant tes courriers, en fabricant des distances, en nous emprisonnant dans leurs interdits : Ils avaient délibérément tué notre enfant.
Ce putain de monde criminel, allait-il enfin prendre conscience qu'au delà de toutes différence :
l'amour existe dans toute sa plénitude ! L'amour existe !

J'ai murmuré longtemps ton nom, près de la petite dalle blanche
Inlassablement, tu m'as cherchée jusqu'à ton dernier souffle
Jamais la vie n'a fait nous retrouver.
Pourtant les soirs d'été, sur la plage de sable fin, il y a toujours : des traces de pas, des corps
enlacés, deux noms inscrits, là ou se meurt la vague.
Près du rivage, l'ombre d'une vieille femme penchée sur un bloc de papier.

Le ciel déclare sa colère d'un grondement sourd, se déchire dans une longue et éblouissante zébrure
d'or.

- Il me faut entrer... Non, décidément, je n'écrirais rien sur l'amour. Le véritable amour pour moi,
restera à jamais celui qui demeure impossible.

ANOUK
_________________
L'indifférence est le géant invincible du monde


Dernière édition par anouk le 18 amvLun, 14 Avr 2008 01:42:39 +000042Lundi 2008----120142. (2008); édité 1 fois
Revenir en haut
              

Publicité






Message Posté le : 18 amvMer, 09 Avr 2008 00:58:28 +000058Mercredi 2008----121242. (2008)    Sujet du message : Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
              

abdel


Hors ligne

Inscrit le: 31 Mar 2008
Messages: 64
Localisation: maroc
Masculin Poissons (20fev-20mar)
Plume en or.: 53
Moyenne de points: 0,83

Message Posté le : 18 amvMer, 09 Avr 2008 01:25:39 +000025Mercredi 2008----120142. (2008)    Sujet du message : Ciel d'orage Répondre en citant

poignant ! vraiment poignant ! une écriture terrible à l'image du sujet qui trace l'expérience d'amour du personnage avec une telle force dans les mots dans le rendu des émotions, dans la colère contre le destin.

Un texte profond , transperçant de réalisme,transparent d'images fortes,  poétique, mais d'une poésie en larmes , que j'en suis profondément ému !
Il est parfois très difficile de pouvoir commenter, de passer outre l'émotion décrite , pour pouvoir se concentrer sur les techniques utilisées, face  à un texte  aussi intense que celui-ci qu'il est malvenu, odieux même d'en ternir la force et la beauté par de futiles et mêmes chimériques remarques .

Sublime.
_________________
Rien ne sert de discourir, il faut parler à point.


Revenir en haut
              

anouk


Hors ligne

Inscrit le: 04 Avr 2008
Messages: 25
Localisation: les pieds dans l'océan la tête dans les étoiles
Féminin Gémeaux (21mai-20juin)
Plume en or.: 38
Moyenne de points: 1,52

Message Posté le : 18 pmvMer, 09 Avr 2008 14:08:33 +000008Mercredi 2008----120242. (2008)    Sujet du message : Ciel d'orage Répondre en citant

Merci Abdel de comprendre mon écriture ou la poèsie demeure très présente, trop peut-être, merci de me lire
à bientot Aouk
_________________
L'indifférence est le géant invincible du monde


Revenir en haut
              

Contenu Sponsorisé






Message Posté le : Aujourd’hui à18 pmvMer, 12 Déc 2018 18:20:36 +000020Mercredi 2008----120642. (2018)    Sujet du message : Ciel d'orage

Revenir en haut
              

   ecrire, commenter et être commenté. Index du Forum .::. Nouvelles.
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Montrer les messages depuis :   

 
Sauter vers :  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Template by .: SGo :.